Override 2 Super Mech League : Baston Mecha au top ?






Plus proche de la quarantaine que la trentaine, je fais indéniablement partie de la génération Club Dorothée, élevée à coup de Bioman, Power Rangers, Goldorak et autre Winspector etc. durant mon enfance.
Forcément, un titre de baston mécha / kaiju comme Override risquait de me taper dans l’œil. J’étais totalement passé à côté du premier opus, mais la campagne de pub du second me rappela mes souvenirs de jeunesses. Je me suis dit « pourquoi pas ».
Nous avons accès à la version PC d’Override 2 Super Mech League, grâce à un code éditeur, dans sa version ultraman. Nous vous proposons donc notre avis : plutôt enchantement ou désillusion ?


Au lancement du jeu, plusieurs modes s’offrent aux joueurs : jeu rapide, ligues, VS, entrainement, Garage et Option. Pour ce dernier, je doute que des explications doivent avoir lieu. Le nom du mode entrainement est assez parlant également. Le Garage permettra de dépenser l’argent gagnée en jouant, pour obtenir de nouveaux titres ou avatar par exemple.  

Il reste donc jeu rapide, ligue et VS. A noter qu’il existe 3 modes de combats : 1v1 (mode Versus spécifiquement, jouable contre l’IA, en ligne ou en VS local), 2v2 ou baston chacun pour soit à 4. Jeu rapide cherchera une partie en ligne dans l’un de ces modes. Le mode Ligue est la partie « scénarisée » du jeu. C’est ici que vous gagnerez de l’argent à dépenser dans le garage. Je mets scénarisée entre guillemet car vous vous rendrez bien vite compte que la partie scénarisée est une légère couche sur le jeu, servant de prétexte à un enchainement de combats les uns derrières les autres sans se soucier de ce qui est raconté.



Mais à présent, parlons un peu du gameplay car c’est là le cœur du jeu au final. Quand bien même la version testée aura été sur PC, j’ai intégralement joué à la manette (Xbox) mes sessions de jeux. Chaque mécha possède 4 attaques de bases : pied gauche et droit, poing gauche et droit. Par magie, la manette possède 4 gâchettes : LT/RT/LB/RB. Je vous laisse donc deviner comment déclencher ces 4 attaques de bases. Il existe ensuite 4 attaques spéciales par mécha, se déclenchant via LT+RT, LR+RB, LT+LT et RT+RB. Quel que soit le mécha, cela sera les mêmes combos de touches.  Les combos quant à eux ne seront clairement pas évident à balancer, et ce même après le petit tuto qui se déclenche une fois le mode ligue activé.  Il est possible d’attraper / jeter l’ennemi avec X, sauter avec A, et dash / esquiver avec B.

On s’amuse assez vite à se foutre sur la tronche à coup de mécha, bien que le tout un peu lourd (forcément, des méchas ninja je n’en connais pas haha) mais cela fonctionne plutôt bien. Des armes apparaitront ci et là sur l’arène, allant de la poêle à frire, au laser, ou autre lance-roquettes. Que cela soit à 2 ou 4 dans l’arène, c’est sympa à jouer et sans prise de tête. 

Alors oui, le tout est au final très accessible. Que vous preniez n’importe lequel des 20 (21 avec Ultraman) des méchas, les attaques / spéciales / combos se joueront de la même façon. A forte dose, on pourrait vite avoir l’impression d’avoir fait le tour du jeu en quelques heures. Également, les adeptes de jeux à maitrise façon Street Fighter ou autre Mortal Kombat eux passeront leur route assurément.



Au niveau de la technique, le jeu s’en sort plutôt bien sur PC. Le rendu global est joli, les effets et la gestion des reflets notamment sont de bonnes factures. Les méchas ont un rendu qui nous fait revenir dans le passé, nos lointains souvenirs, tout comme cette lourdeur de baston quand on se remémore le megazord en action etc. Par contre, les maps n’ont pas toujours un rendu équitable. Sur certaines d’entre elles, le décor fait plus plateau en carton que ville en démolition. 

Même si l’IA ennemie est en général très facile à déglinguer, le mode à 4 peut devenir un beau merdier tant cela cartonne dans tous les sens haha. La caméra, elle, n’a pas réellement poser de souci. Il arrive, forcément, qu’un angle de vision soit quelque peu loupé mais dans un mode multi du genre, ce n’est pas foncièrement étonnant. 

La bande son, quant à elle, colle super bien à l’ambiance du titre et aide à s’immerger encore dans l’univers d’Override 2.

Le roster est quant à lui super varié : petit, grand, fin, costaud, faisant 100% mécha ou avec tête humanoïde / insecte etc, il y en a pour tous les gouts. De ce côté-là Override2 est plutôt bon.

Le où le bât blesse, au final, c’est le matchmaking avant tout. Comme noté plus haut, l’IA ne propose pas de réel challenge. Le cœur d’un jeu de baston réside dans sa composante multijoueur, aussi bien local qu’en ligne mais en ce moment c’est sur la partie en ligne. Et sur Override 2, cela pêche sévère. Encore aujourd’hui, quand j’ai testé un match en ligne, je me suis retrouvé après de longues minutes d’attente sans adversaire. Le jeu a moins d’un mois et c’est une vraie misère depuis son lancement pour trouver un adversaire en ligne : système de matchmaking moisi jusqu’à la moelle ? Jeu déjà désert ? L’un comme l’autre, cela fou mal. Le gameplay aurait surement gagné à être un peu plus travaillé. Accessible en 2mn, c’est cool mais quand on a l’impression de tout connaitre en 10, sur le long terme, je doute que cela soit un point fort également. 


En bref, Override 2 est un jeu plaisant, accessible et fun dans l’immédiat, mais dont l’impression d’avoir fait le tour arrive tout aussi vite. Chose de sûr, l’idée est bonne. Des bastons de méchas de la sorte, je dis oui. Le roster est conséquent. La technique est plus que correcte. Mais il manque clairement un petit truc pour que le tout prenne une bonne fois pour toute.
Est-ce que le premier avait les mêmes défauts ? Je ne saurais le dire, mais le gameplay bien que super accessible et fun rapidement donne une impression de « déjà vu » après seulement quelques affrontements et surtout la partie en ligne inopérante pose clairement question sur la longévité du titre.




Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :