Test de The Legend Of Heroes Trails Of Cold Steel IV : le portage Switch passe entre nos mains

Gh0stCrawl3r
The Legend Of Heroes Trails Of Cold Steel IV

Si aujourd’hui il y a un studio qui n’a rien à envier aux cadors historiques des (J) RPG, c’est bien Nihon Falcom grâce à deux licences phares.
Nous avons causé de l’excellent Ys IX Monstrum Nox il y a quelques mois.
Nous allons aborder la seconde IP forte avec son dernier opus qui sort sur Switch demain après être arrivé l’an dernier sur PlayStation 4 : The Legend Of Heroes Trails Of Cold Steel IV.
Son statut de titre majeur du genre est-il mérité ?
Le portage Switch est-il à la hauteur ?

Cold Steel IV (nous allons faire plus court) est une vraie suite ce qui implique que les évènements prennent place immédiatement après ceux dez l’opus précédent. Ne pas avoir fait Cold Steel III peut induire de la confusion pour les joueurs, risquant de ne pas comprendre les tenants et aboutissants exposés, qui sont les protagonistes et leurs relations, etc. Même si ce n’est pas indispensable, il est conseillé d’avoir fait les jeux précédents pour être à l’aise.
The Legend Of Heroes Trails Of Cold Steel IV

Cold Steel IV débute dans la foulée des évènements de la fin du troisième comme énoncé à l’instant. Rean Schwarzer est prisonnier et ses anciens élèves de la classe VII vont vouloir le retrouver et le libérer après que Black Alberich ait lancé « The Great Twilight ». Cela a pour résultat de plonger le monde déjà en guerre dans un chaos brutal. L’introduction, qui prend quelques heures, est très axée dialogue et pointe un premier souci. Alors que Cold Steel III a eu le droit à sa localisation FR, Cold Steel IV perd cet aspect. Même si la traduction n’était pas entièrement irréprochable, cela permettait tout de même à plus de joueurs de se lancer plus facilement dans The Legend Of Heroes, clairement pas avare en dialogue et termes techniques. 

Cette introduction laisse sa place à une trame plutôt bien menée et pleine de rebondissements. Nous rencontrons plusieurs personnages, majeurs comme secondaires, des trois autres jeux de la licence. Cet aspect fan service a un impact sur le rythme qui provoque à quelques reprises un ralentissement, mais rien de bien grave. Les quelques dizaines (pour passer la centaine facilemeny) d’heures de jeu sont de qualités et donneront satisfaction aux joueurs avec un final épique et surtout deux conclusions, nécessitant deux runs pour découvrir la vraie fin.

Une amélioration entre le troisième et le quatrième épisode est de voir ce côté dirigiste disparaître, ouvrant un sentiment de liberté et une sensation de monotonie s’effaçant. C’est notamment grâce au fait de pouvoir progresser à notre rythme entre deux évènements importants, en revisitant des régions déjà vues pour de faire de l’XP très tôt, chercher des items oubliés précédemment. Nous aurons énormément de contenu annexes ou secondaires qui permettent de mettre en pause notre avancée et faire autre chose comme le jeu de cartes Vantage Master, la pêche ou encore le jeu Puyo-Puyo (oui vous avez bien lu). Dommage que les maps, elles, soient toujours aussi linéaires et un sentiment de déjà-vu justifié pour les joueurs de Cold Steel III se fait ressentir.

The Legend Of Heroes Trails Of Cold Steel IV

Le système de combat est plus que similaire à ce que propose Cold Steel III, pour ne pas dire identique, mais la recette étant ultra efficace, qui va s’en plaindre ? Il est question de tour par tour, à l’ancienne, où placements et déplacements de nos personnages sont primordiaux. Les capacités se lancent sur une cible, une zone ou une bande devant nos héros. Le placement permet donc, selon cela, de toucher un maximum de coéquipier ou d’ennemis. Les affrontements sont tactiques et nécessitent de la réflexion dans nos choix, pour savoir quel est le meilleur moment pour claquer nos capacités et impacter l’ordre d’action, la dépense des points d’action pour les buffs, attaques spéciales etc.  Les combats de boss sont de véritables challenges, même en difficulté normale avec une IA très vindicative. Le système global est qualitatif, la seule facette loupée est celle avec les mechas, ne réussissant pas à insuffler de sentiment de puissance que nous espérions. Bref, un gameplay béton qui a déjà fait ses preuves.

La partie sonore est de très bonne qualité, avec des pistes s’accordant plus que bien avec l’atmosphère transcrites à l’écran. Le doublage est disponible en anglais ou japonais. C’est du costaud.

La partie visuelle elle n’est pas du même acabit. Le moteur commence à se faire vieux. Les animations manquent de peps. Nous pouvons aussi évoquer les cutscenes et cinématiques utilisant le moteur du jeu au lieu de quelque chose façon anime par exemple. Voici ce qui ressort de mon expérience sur PlayStation 4, mais bizarrement, sur Switch cela passe bien mieux. Loin d’être un cador sur PS4, le bilan sur la console de Nintendo se veut bien moins négatif grâce un portage propre. En portable, le rendu est plus que correct. En docké, nous pourrions évoquer un aliasing assez prononcé, mais face aux autres titres de la plateforme, Cold Steel IV n’a pas foncièrement à rougir.  

The Legend Of Heroes Trails Of Cold Steel IV est sans doute le titre le plus complet de la licence.
Malgré une mise en place lente pouvant calmer les ardeurs des joueurs impatients, le titre de Nihon Falcom propose une expérience solide.
Le gameplay est une valeur sûre même si sa complexité peut effrayer les nouveaux arrivants.
Si la technique pouvait sembler juste sur PS4, son portage qualitatif sur Switch se fait en douceur et donne un résultat satisfaisant.
Sa durée de vie énorme, ainsi que son évolution pour quelque chose de moins dirigiste, montre la volonté du studio à passer un cap et proposer la meilleure conclusion possible à l’arc The Legend Of Heroes.
Au final, je n’ai qu’un seul regret dans mon expérience The Legend Of Heroes Trails Of Cold Steel IV est l’absence de localisation FR en cours de route, qui risque de perdre des joueurs en chemin surtout ceux découvrant la licence.

The Legend Of Heroes mérite-t-il d’être considéré comme une licence majeure ? Pour sûr.
Le portage Switch de Trails Of Cold Steel IV est-il solide ? Aucun doute.

Laisser un commentaire

Next Post

Deathloop : nouvelle victime de la crise

Attendu pour Mai, l’exclu console Deathloop du studio Arkane s’ajoute la très longue liste de jeux voyant sa sortie décalée. […]
%d blogueurs aiment cette page :