[GAMESCOM 2022] On fait tout exploser sur Gungrave C.O.R.E

Gungrave C.O.R.E venait clôturer notre session PLAION avec un troisième gameplay qui s’avère être un défouloir jouissif à l’extrême. Dès l’entrée dans la salle, l’ambiance est de mise avec un cercueil recouvert de balles en guise de décor ! Une petite présentation rapide et c’est partis pour une demi-heure de gunfight sanglant. 

Gungrave C.O.R.E est un TPS où tout ce qui compte c’est de tirer, tirer et encore tirer. Le studio Iggymob met tout en avant pour qu’on ne se pose pas de question existentielle inutile. Un compteur de munition ? À quoi bon ! Recharger ? Inutile on te dit ! Fait feu bordel et avance. La mise en scène est géniale (ne serait-ce que l’arrivée de Grave dans l’action avant de nous laisser le contrôle), c’est typiquement japonais avec des disproportions à foison (suffit de voir les capacités spéciales), un héros au charisme ++ et forcément un jeu qui ne se prend pas au sérieux.

On recherche de l’action brute, sans détour, pour faire péter le compteur de combo. Les premières minutes, je ne vais pas vous mentir, je me demandais comment mon avatar pouvait être aussi lourd surtout au corps à corps (à distance, cela se ressentait moins) dans ses mouvements. J’avais l’impression d’un violent retour arrière manette en main avec un personnage se mouvant comme pendant l’ère PS3, mais en même temps, puis je me suis dit « comment je serais moi avec un cercueil sur le dos et une pétoire dans chaque main ? ». 

Très rapidement, on acquiert des capacités spéciales mises en scènes de façon explosive et faisant surtout grimper encore une fois le compteur combo. Le grappin permet de rusher le pack d’ennemi (ou en attirer un vers nous) afin d’être dans la mêlée et tout envoyer. Il ne faut pas longtemps pour que le sentiment de jouer un héros lent et rigide passe à celui d’incarner une machine de guerre badass ultras fun. On spam compulsivement nos touches afin d’envoyer encore et encore de la cartouche, de l’explosion, etc. Plus les chiffres défilent, et plus on jubile manette en main. Mission réussie côté fun pour le moment ! Voir Gungrave faire la toupie sur lui-même et canarder à 360 avant de balancer une espèce de rocket prenant 75 % de l’écran et j’en passe, je kiff !

Côté technique par contre, on est loin de prendre une claque. La fluidité était au rendez-vous en tout cas, c’est déjà une bonne chose. On attendra la version finale et console pour se faire une vraie idée (on jouait sur PC encore une fois ici) de la technique. Démo courte oblige, on ne se prononcera pas sur la qualité du bestiaire sur le long terme, des environnements ou autre, mais cette mise en bouche (avec un boss cool) donne envie de s’y replonger. On s’extasie à tout péter, sans se poser de question. La réponse dans un peu plus de deux mois sur la version finale, mais étant fan de jeux du genre, où je ne me prend pas la tête hormis de savoir comment je peux faire un carnage encore un cran au-dessus du suivant, je suis client !

%d blogueurs aiment cette page :