The Outer Worlds Spacer’s Choice Edition : une mouture peaufinée mais qui manque de peu le sans faute

Alors qu’on attend impatiemment sa suite annoncée en 2021, The Outer Worlds revient dans une version complète et améliorée —The Outer Worlds Spacer’s Choice Edition — sur consoles de dernière génération mais aussi PC (Steam, EGS et le Microsoft Store).

Vous retrouvez mon avis du jeu de base ici, ainsi que des contenus additions Gorgon et Eridan également sur le site !

Obsidian Entertainment et Private Division nous annoncent des améliorations comme un système de météo dynamique, une refonte des éclairages et environnements, mais aussi une modélisation et des animations des personnages améliorées pour ne citer qu’eux. Cette version nous promet d’utiliser à la puissance matérielle des consoles récentes au maximum, avec des performances plus élevées comprenant une meilleure définition d’image mais aussi un framerate plus haut tout comme des chargements fortement réduits grâce aux SSD qui équipent maintenant chacun des modèles Xbox et Playstation. En plus de cela, plusieurs facteurs en jeu ont été améliorés à l’image de l’IA aussi bien pour les adversaires que celles des compagnons.

En plus du titre de base, les deux contenus additionnels sortis précédemment sont de la partie : Péril sur Gorgone et Meurtre sur Éridan. De quoi quasiment doubler la durée de vie, que cela soit en ligne droite ou en mode complétiste.Cette édition Spacer’s Choice est disponible dès aujourd’hui, au prix de 59,99 e en prix conseillé aussi bien sur console que PC. Les possesseurs de version PC, Playstation 4 ou Xbox n’auront que 9,99 e à débourser pour profiter de cette édition mais à une seule condition : il faut impérativement posséder le jeu de base mais aussi les deux extensions sans quoi il est impossible de monter en gamme. Il aurait été bienvenu de pouvoir au moins profiter des améliorations, quitte à payer tout de même une partie, même lorsqu’on ne possède que l’aventure d’origine.

Dualsense au rapport

On était curieux de voir tout cela manette en main, et c’est sur Playstation 5 qu’on a pu tourné afin de découvrir entre autres la prise en main de la Dualsense qui remplit pleinement son office que cela soit via les gâchettes adaptives qui répondent différemment selon l’arme distante utilisée (le recul à chaque balle par exemple lors d’une arme à feu auto, ou la résistance variable selon les armes coup par coup type sniper par exemple), ou les retours haptiques lors de l’action. Obsidian apprivoise avec brio le périphérique Sony et offre des sensations prononcées, sans tomber dans l’excès.

Les chargements sont fortement réduits sur console et c’est plus qu’appréciable. Certains disparaissent quasiment, quand d’autres (lorsqu’on rentre dans une ville par exemple) ne durent que de très courtes et minimes secondes à l’image de ce qu’on avait déjà sur un PC équipé du matériel adéquat. Quand on se souvient de la version d’ancienne gen, on sent le changement.

Une esthétique revisitée

D’un point de vue purement visuelle, la refonte fait son effet avec un style et une colorimétrie bien différente face à la sortie originale, sans oublier des textures retravaillées et des détails plus fins. Les améliorations annoncées sont perceptibles et ajoutent un charme certain à The Outer Worlds. On sent un petit vent de modernisme apporté par le travail effectué sur les personnages notamment via une modélisation supérieure ou les animations retravaillées. On est conquis par ce qu’on voit à l’écran.

Cette mouture amène avec elle deux presets, contre un seul précédemment sur Playstation 4 et Xbox One. On retrouve les habituels modes cinématique et performance, avec la prise en charge du VRR si vous possédez une TV compatible. Dans un cas comme dans l’autre, Obsidian délivre un rendu sensiblement proche en termes de qualité mais à la fluidité différente : 30fps contre 60. Il est dommage d’avoir des chutes visibles, quel que soit le paramétrage privilégié. C’est loin d’être récurrent mais quand le phénomène se produit, on s’en aperçoit de suite en jeu.

Globalement, on profite tout des même de l’aventure dans de meilleures conditions et c’est plus qu’agréable. Le jeu était convaincant en l’état sur Playstation 4 et Xbox One mais cette rehausse est la bienvenue amenant un certain confort même si tout ne tourne pas comme une horloge.

Vous reprendrez bien quelques heures en suppléments ?

Côté contenu, les deux packs ne réinventent pas la route et suivent le chemin tracé par le jeu initial. On reprend la même et on recommence, voyez ces deux chapitres comme un prolongement du voyage, pour ce à qui la trame principale n’a pas suffi. On découvre tout de même quelques nouveaux environnements notamment ceux très colorés de Péril sur Gorgon, quelques ennemis ou accessoires, mais le fond ne change pas d’un iota.

Si vous n’aviez jamais fait The Outer Worlds, autant en profiter pour passer sur cette Spacer’s Choice Édition afin d’en profiter avec ces ajouts et améliorations dans les meilleures conditions possibles bien que pas parfaite à 100%. Pour les autres, cela dépendra de ce que vous possédez déjà (pouvant faire fortement varier la note en caisse) et surtout du degré d’appréciation à l’oeuvre d’Obsidian.