Metal Hellsinger : une création rythmée avec une bande son qui arrache

Prenez du fast FPS avec une DA orientée enfer and co, saupoudrez le tout de composantes basées sur le rythme et pour finir teintez le tout d’une bande son regroupant quelques gros noms du métal et vous obtenez Metal : Hellsinger ! J’étais assez surpris du concept, mais attendait d’en voir plus manette/clavier en main avant de me prononcer et c’est désormais chose faite ! Du kiff et du fun au rendez-vous, dommage que le contenu soit si court. L’avis sur la version PC !

Metal Hellsinger nous fait incarner une démone, l’Inconnue, qui a perdu sa voix. Elle doit affronter les huit enfers afin d’atteindre et annihiler le Juge Rouge en personne en guise de vengeance. Metal Hellsinger propose bien une petite narration histoire de justifier le fait qu’on aille trucider du démon à coup de riffs saturés et de guitare qui hurlent. Via de nombreuses cutscènes et artwork, l’histoire s’illustre de bien belle façon.

Le concept est on ne peut plus simple : on démonte tout ce qui bouge en rythme sur une bande-son qui s’altère selon le scoring. Plus le score monte et plus les instruments s’ajoutent jusqu’à avoir les vocaux. Percu solo, puis la gratte, etc. le concept est vraiment plaisant et addictif surtout quand on est fana du genre de musique. Quand on voit les noms qui défilent également à la prod, on ne peut qu’être enjoué avec les chanteurs de Trivium, Soilwork, Lambo Of God ou Arch Enemy pour ne citer qu’eux. La prise en main est tout bonnement excellente avec un indicateur visuel en plein milieu de l’écran pour tenir le rythme. Il ne faut que 2-3 coups d’épée pour rentrer dans le tempo et tenir la note. 

Mais attention, le rythme n’est pas que pour les coups portés, mais bien pour chaque action : shoot ou frappe, rechargement, dash, etc. Un loupé et c’est tout le compteur combo qui s’envole et tombe à l’eau. Plus on claque le score et plus l’action devient frénétique. On touche ici la composante fast FPS et pas que du bout des doigts. On tombe dans une spirale du « toujours plus », à vouloir tout exploser avec l’art et la manière, vite et bien. Entendre les nouvelles pistes de la musique qui se débloque procure toujours un sentiment positif, car on sait qu’on est sur la bonne voie ! On sent que le studio aux commandes, The Outsiders, maitrise son sujet sur le bout des doigts tant la réalisation est soignée et surtout efficace. 

L’arsenal, par contre, est un peu plus limité avec uniquement 6 armes au compteur, toutes dotées d’une attaque spéciale qu’il est nécessaire de charger avant de pouvoir l’utiliser en enchainant les coups. À côté de cela, Inconnue dispose d’autres capacités comme le double saut ou double dash permettant de rejoindre la mêlée au plus vite et ne pas perdre son précieux compteur combo. Disposer de nombreux outils si puissants impacte quelque peu la difficulté dans notre cas qui est loin d’être insurmontable tant qu’on ne joue en difficulté maxi.

Metal Hellsinger se finit assez rapidement avec 9 stages disponibles uniquement. Finir l’expérience permet de débloquer quelques défis annexes, mais qui se finissent très vite eux aussi. Il m’a fallu un peu plus de 5 h pour tout boucler de mon côté. Mais son côté scoring fait ensuite grimper ce chiffre sans problèmes pour les adeptes du genre.

Visuellement, le titre est correct et la direction artistique avec ces visions de l’enfer se marie à la perfection avec l’ambiance générale qui s’y dégage. Le sound design régale, bref encore une facette fignolée comme il se doit. Dommage que le level design manque de folie coupant parfois les ailes au jeu tant on aimerait plus de liberté, verticalité ou grandeur.

Metal : Hellsinger est une très bonne surprise, mais qui ne se suffit pas tant le temps passe vite en jeu. J’adhère assurément au concept, frais et novateur, alliant le fast FPS et le jeu de rythme dans un monde DOOMesque et à la bande-son géniale. J’ai tellement adoré que j’ai poncé le contenu d’une traite et j’en redemande. Tout n’est pas parfait, comme le level design trop sage, mais la sauce prend tout de même. C’est sûr que j’aurais aimé plus d’armes, de niveaux, de contenu global. C’est de bon augure, car c’est que le concept plait, mais on a plus l’impression qu’il s’agit d’une mise en bouche qu’autre chose haha. Sa dispo dans le Gamepass day one est une excellente chose également. Fana de FPS bourrin, scoring, métal ? Go go go!

Petit bonus ? Le concert à la Gamescom qui était au top!

%d blogueurs aiment cette page :