The Legend Of Heroes Trails Of Cold Steel III et IV : le minimum syndical pour deux hits portés sur Playstation 5

Si la série The Legend Of Heroes n’est pas encore aussi populaire en occident qu’au Japon, force est de constater que NIS et Nihon Falcom nous proposent dans plus en plus de production et portage en témoigne Trails From Zero, Trails to Azure et Trails Into Reverie en l’espace d’un an et aujourd’hui une compilation regroupant la clôture de l’arc Trails Of Cold Steel avec les épisodes 3 et 4 !

Il est bon de savoir qu’il s’agit ici de véritables suites, et que se lancer dans le III sans avoir fait le II (et donc forcément le premier) risque de poser quelques problèmes de compréhension à l’univers, les personnages, les liens entre eux et surtout les évènements passés. Bien entendu, le III étant vu comme un nouveau point de départ, on ressent moins cette impression, mais pour assimiler le lore complet, je ne peux que vous suggérer d’en faire le tour complet !

Cold Steel III prend place un an et demi après les évènements de Cold Steel II et la fin de la guerre civile qui ébranlait Erebonia. Le titre nous amène à la découverte de quelques nouveaux lieux, personnages tout en confortant certains liens historiques. On retrouve Rean Schwarze, passé du statut d’élève à instructeur dans l’Académie Militaire de Thors, et se voit confier la fameuse classe VII qui l’accompagnera dans ses nouvelles péripéties. Cold Steel IV prend place directement après le III pour nous amener à la conclusion épique de cette quadrulogie. On en parle plus en détail ici.

Affiché à 69,99 euros, le point fort de cette compilation regroupant les deux jeux en physique est bien entendu sa durée de vie titanesque. Chaque jeu, en ligne droite, nécessite plus de 50 h heures qui sont facilement doublées quand on se perd dans le contenu annexe. On dispose également de l’intégralité des contenus annexes disponibles précédemment (des skins et tenues notamment) sans surplus de coups. Quand on navigue sur le store PS4, on a une idée du nombre de DLC qu’on nous balance aujourd’hui en bonus sur la galette. Difficile d’avoir un rapport qualité/prix plus avantageux pour ceux voulant découvrir la fin de l’Arc Cold Steel que cette compilation ! Dans les deux cas, on découvre une histoire complexe aux nombreuses ramifications, un casting séduisant et solide, et un gameplay complet et rempli de fonctionnalités toutes plus intéressantes les unes que les autres.

PS4 = PS5

La technique n’a jamais été le point fort des The Legend Of Heroes, la faute surement au budget et forcément, Cold Steel III et IV n’ont aucune raison d’échapper à cette règle d’autant qu’on fait face à des portages assez secs ici. On a au final un ressenti similaire à ce qu’on a connu avec les Ys VIII et IX lors du passage PS4 vers PS5 avec le strict minimum vitale : une fluidité un peu plus élevée et stable, et une image un chouia plus fine sans que cela ne saute aux yeux et c’est à peu près. tout. Aucune amélioration concrète n’est présente, que ce soit des textures d’une qualité supérieure, ou une quelconque rehausse visuelle. On a bien des loadings un peu plus contenus, mais hormis cela… Cold Steel III était traduit (ST) dans notre langue, mais le IV a perdu cette option en cours de route, sachez que ce portage reprend les mêmes caractéristiques. Là aussi, on tient plus du portage à iso qu’autres choses. Du coup, avoir ces deux titres, sur la même galette et perdre une fonctionnalité pourtant si importante surtout pour des jeux où cela parle autant est dommage et peu être déroutant côté joueur. Cela n’enlève rien aux qualités des jeux, mais on aurait aimé avoir un petit truc en plus qui nous donne envie de nous relancer dans ce voyage épique.

Réunir deux monuments du JRPG sur une seule et même compile, en version complète, à 70 balles, c’est un pari réussi et au rapport qualité/prix imbattable que nous offrent NIS et Nihon Falcom, mais dans les faits elle ne donne aucune raison de repasser à la caisse pour ceux possédant les jeux ou les ayant déjà fait. On réserve surtout cette compilation à ceux voulant découvrir ces deux monstres, la fin d’un arc spectaculaire, mais gardez bien à l’esprit que Cold Steel III est le seul à posséder des STFR ! Cela reste deux excellents jeux d’une licence qui mériterait enfin un traitement à la hauteur de ses qualités.